Quelques questions sur les mesures du nouveau confinement

Quelques questions sur les mesures du nouveau confinement

Quelques heures après l’intervention du président de la République française Emmanuel Macron, les données du 28 octobre publiées sur le site du gouvernement confirment la dégradation de la situation sanitaire en France. En quelques chiffres :

  • 1 235 132 cas confirmés, dont 36 437 aujourd’hui
  • 35 785 décès depuis le début de la pandémie dont 244 aujourd’hui
  • 3045 personnes en réanimation, dont 127 aujourd’hui

Bien qu’Emmanuel Macron avait déjà exprimé son souhait de tout faire pour éviter un deuxième confinement, la décision qu’il a finalement prise semble tout à fait nécessaire pour freiner efficacement la pandémie en France, du moins pour les régions les plus impactées par le COVID-19. Cependant, plusieurs questions semblent perturber la population qui s’est exprimée à travers les médias télévisés et la radio.

"À part les vaches, il n'y a personne à confiner ici, m'sieur !"

Quelques questions sur les mesures du confinement miniature

Était-il nécessaire de confiner toute la France ? Certaines régions ne se sentent pas du tout impacté par le coronavirus, surtout dans les campagnes loin des moyennes et grandes agglomérations.
Dans certains endroits, la distance naturelle entre les habitants est si grande que le virus aurait bien du mal à se balader d’un hôte à un autre. Aurait-ce été plus profitable pour l’économie de confiner uniquement les villes de plus de x habitants ? Sachant que même dans les grandes villes surpeuplées les enfants se confinent dans les classes 6 ou 7 heures par jour sachant qu’ils n’ont pas l’exigence ni la discipline de garder leur masque en permanence. À la moindre occasion pendant la récré ou entre les cours les masques font figure d’objets décoratifs.

L'intelligence c'est lors qu'on anticipe

Les conseillers scientifiques avaient prévenu le président que la seconde vague arrive à grands pas avec des chiffres qui ne démentent pas les pronostics des spécialistes. Sachant cela, pourquoi Macron n’a-t-il pas anticipé en annonçant plus tôt ce qui allait être inévitable afin d’éviter aux professionnels « non essentiels» de tirer le rideau en moins de 24 h ! Au-delà du fait qu’ils sont particulièrement fragilisés par cette crise, le manque de temps pour se préparer à fermer représente une pression supplémentaire pour s’organiser et faire les choses bien, alors que le moral est déjà au plus bas.

Suis-je non-essentiel ?

Encore une question tombée à mon oreille lors d’une interview : est-il vraiment nécessaire de fermer les restaurants, les cafés et les hôtels, si les gestes barrières (hormis le masque) sont respectés ? Jugés non essentiels, ces commerçants, entrepreneurs, sont aussi des patrons qui recrutent et portent plusieurs familles sur leurs épaules fragiles. Sur quel critère juge-t-on qu’ils sont facultatifs ? Est-ce que l’école est considérée comme une nécessité première pour qu’elle soit maintenue après le 30 octobre ? Permettre aux enfants d’aller à l’école pour libérer les parents afin qu’ils puissent eux aussi aller travailler n’a de sens que pour les enfants qui ne sont pas autonomes. Pourtant les lycéens sont tout à fait autonomes dans une maison de même que les élèves de fin de collège. Les parents pourraient tout à fait travailler tout en limitant la propagation du virus à travers le milieu scolaire.

Quelques questions sur les mesures du confinement

Au final

Toutes ces incohérences mettent en doute l’encouragement du président à être une France soudée et unie dans cette épreuve. L’iniquité ressentie par certain.es révèle un décalage entre les nouvelles dispositions et l’esprit d’unité et de solidarité souhaité par le chef d’État.

Soulignons tout de même que Macron a annoncé une aide qui semble être bien au-dessus de celle lors de la première vague, à savoir jusqu’à 10 000 € au lieu de 1500 €. Espérerons que ce budget permettra d’éviter la fermeture définitive de certains établissements.

Ces points restent des points d’interrogation et chacun.es est libre d’apporter ses propres réponses à des questions parmi lesquelles celles relatées dans cet article.

Laisser un commentaire